Un appartement à Paris, de Guillaume Musso

 

Résumé :

« L’art est un mensonge qui dit la vérité. »  Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante. Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler. À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.   L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.   Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

Mon avis :

J’ai commencé ce livre il y a déjà un petit moment, j’ai mis du temps à le finir mais je pense que c’est la période qui n’allait pas; En général, je lis Musso pour me sortir des pannes lectures. Cette fois-ci, cela n’a pas été suffisant bien que j’ai grandement apprécié ma lecture.

Au début, j’étais un peu sceptique. La rencontre avec les deux personnages principaux n’était pas tellement attrayante. Puis, on a progressé et c’est la curiosité qui m’a poussé à passer outre ces deux protagonistes peu attachants. Je crois que c’est ce que Musso manie le mieux. Cette écriture qui vous titille, qui vous fait toujours en vouloir plus. Cependant, je regrette quelques descriptions un peu longues…

J’ai trouvé son livre différents des autres qu’il avait écrits mais c’est plutôt un point positif. Ça me fait découvrir une nouvelle facette de Musso. Mais ce qui ne change pas c’est son final. On salive en faisant défiler les pages, on veux voir si nos hypothèses tiennent la route, si nos espoirs vont se réaliser et je suis toujours époustouflée lorsque je lis les dernières phrases. Comment est-ce que j’ai pu passer à côté de ça ? Comment n’ai-je pas vu ça ? C’était pourtant si évident… Je suis souvent impressionnée par la capacité de Musso à construire son histoire sans se perdre, rien n’est laissé au hasard, tout pleins de détails figurent sous notre nez et on ne voit rien. Quand on entame cette nouvelle aventure, on n’imagine jamais ce qui nous attend et notre imagination n’est jamais à la hauteur du final.

En conclusion, malgré que ce ne soit pas un coup de cœur (ce qui est le cas d’habitude) ce fut une très bonne lecture que je recommande vivement !


Citations :

• En fait, ce n’est pas juste les cons que vous détestez, c’est l’espèce humaine dans son ensemble.

• C’est d’avoir à mener un vrai combat. Et avoir un enfant, c’est d’être obligé de mener le combat. Le combat pour ‘avenir. Celui qui a toujours existé et qui existera toujours.

• Les occasions perdues le sont pour toujours.

• C’est le syst_me judiciaire américain : forte avec les faibles, faible avec les forts.

• Se confier à une inconnue avait des vertus : une parole plus libre, débarrassée des barrières et du jugement.

• Dans la vie, il y a les bons gars et le autres, la ligne de démarcation est claire. Vous, vous êtes un bon gars.

• On a les victoires qu’on peut.

• Beau comme un soleil, libre comme le vent.

• Ma jeunesse triomphante est plus forte que le temps et la nuit.

 


Informations :

Il s’agit d’un roman écrit par Guillaume Musso, auteur français. Publié en grand format aux Editions XO en Mars 2017, il contient 484 pages pour un prix de 21.90€.

 


L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?