Les plantes vertes de Sam, de Victor Dazuric

3212722379_2_4_DpqKcQa8

 

Résumé :
Dimanche 20 juillet, début d’après midi. Comme je l’ai promis à Samantha, j’ouvre la porte et entre dans son appartement lumineux situé dans le quartier de la butte-aux-cailles, à Paris. J’ai pour mission d’arroser ses quelques plantes vertes en son absence. Elle est partie vendredi en Serbie et tient d’ailleurs à me ramener « un petit quelque chose » de là-bas. Je lève la tête et lis deux heures et demie sur son horloge rose « Hello Kitty ». Cet objet est un mystère pour moi : je me demande pourquoi Samantha aime à afficher ainsi ce personnage pour enfants, dans son salon. Mon trouble l’amuse beaucoup : j’ai pu le remarquer dans son regard narquois lorsqu’elle m’a confié, il y a quelques jours, son porte-clefs, lui aussi, à l’effigie de cette petite chatte blanche. Pourvu que le « petit quelque chose » qu’elle m’offrira ressemble à tout sauf à ça.
Mon avis :
J’ai lu ce livre en début 2014  (ça montre bien que je suis une antiquité de la blogosphère !) peu de temps après sa sortie et c’est une histoire que j’avais vraiment apprécié. Je l’avais chroniqué sur mon ancien blog et avait adoré discuté avec l’auteur. Quand celui-ci me recontacte plus de 3 ans plus tard pour lire à nouveau son manuscrit auquel il a apporté quelques modifications, je ne pouvais clairement pas refuser.
C’est étrange, malgré tout ce temps l’histoire était bien ancrée dans mon esprit. Et on peut dire que mon avis reste le même. J’aime toujours autant, je pourrais presque faire un copier-coller de mon ancien avis.

Un titre plutôt curieux, personnellement je me suis demandé comment les choses allaient pouvoir être intéressantes en nous parlant jardinage ! Mais j’ai tout de même commencé ma lecture et j’ai vraiment été étonnée. Ce fut un vrai plaisir de retrouver son écriture : elle est simple, sans fioritures, c’est léger et agréable. Dès les premières lignes, le cadre est posé, j’ai horreur des livres où on commence à se situer qu’à partir du chapitre 42 !!

On fait aussi la connaissance d’un jeune homme, gentil, attentionné, précautionneux, j’adore ! Samantha, ce personnage revient à chaque phrase et pourtant elle n’est même pas là. La complicité qu’ils ont tout les deux est touchante, j’aurai bien voulu les rencontrer pour de vrai. Franchement, j’ai adoré le caractère de ce p’tit gars, il est un peu comme moi, il voit des signes partout ! Le plus drôle c’est que sans m’en rendre compte j’ai relevé les mêmes passages qu’à ma première lecture.

En conclusion, que des points positifs, la seule chose à redire c’est que j’aurai vraiment voulu savoir ce qui allait se passer après ! J’en veux plus, peut-être un tome 2 ? La nouvelle bien que courte (7 pages) est très réconfortante, elle mérite clairement d’être plus connue.


Citations :
• « Comment décrivez-vous la recherche du grand amour ? ». Bonne question. Je dirai que c’est comme la recherche manuelle d’une station radio, justement. On commence tous à 87,5Mhz, le néant. On tourne le bouton pour augmenter la fréquence jusqu’à capter quelque chose, un début de sentiment sérieux. Au départ, on est fasciné par chaque station. Par chance, on peut tomber sur celle qui plait, celle qui passe la musique qu’on aime. On met alors le son plus fort et on prend plaisir à l’écouter, à se laisser transporter, tel le premier grand amour. On s’y attache mais, à la moindre publicité, le moindre changement de rythme, on est déçu et on continue notre quête, par curiosité et par naïveté pensant qu’il existe, plus loin, la station de radio parfaite. Celle qui jouera nos chansons préférées, sans interruption. On n’imagine pas à cet instant que notre alter-égo, l’amour de notre vie, est peut-être une utopie radiophonique.

Informations :
« Les plantes vertes de Sam« , la nouvelle de Victor Dazuric (Blog) a été publié sur amazon.fr (Lien) le 28 mars 2014.  Je vous rajoute sa page Facebook (Lien). Ebook de 7 pages pour un prix 2.99€.
Publicités

Le voisin, de Lola Doinelle

couv21939129

 

Résumé :

Elle retourne chez ses parents le temps d’un été. Tandis qu’elle s’apprête à passer des vacances ennuyeuses, sa rencontre avec le voisin va bouleverser sa vie. Ce qu’elle prend au début pour un simple jeu de séduction avec un homme divorcé prendra au fil des semaines la forme d’une passion vertigineuse.

Mon avis :

Tout d’abord je tiens à remercier sincèrement les Éditions Albin Michel et leur attaché de presse pour l’envoie de ce livre et pour la confiance qu’ils m’ont accordé.

Comme je l’ai mentionné dans un de mes avis précédents, j’aime de plus en plus les histoire courtes voire très courtes mais néanmoins captivantes. Et avec celui-ci je suis servi.

Une histoire prenante, une écriture agréable et des personnages attachants qu’on apprend à cerner correctement au fil des pages. Ce qu’il faut de description et de sentiments, j’ai vraiment bien aimé cette histoire.

C’est le premier livre de la nouvelle collection que je lis et cela m’encourage grandement à lire les prochains. Deux m’attendent déjà dans ma PAL.

 


Citations :

• Voisin : être prisonnier des quatre murs juxtaposés aux vôtres. Individu qui partage votre intimité à votre insu et dont vous ignorez l’existence tant qu’elle demeure silencieuse. Personnage mystérieux dont on remplit le curriculum vitae au fil des commérages.

• Quand on souffre, on n’a pas envie d’imaginer que cette souffrance est le présent d’autres que vous. On voudrait qu’elle n’appartienne qu’à soi, la posséder égoïstement et s’en repaître sauvagement. J’apprécie qu’il n’exhibe pas la sienne, qu’il se contente d’accueillir la mienne en silence.

• C’est une des plus belles choses quand on est une femme : briser les frontières entre les êtres, sentir s’immiscer l’essence la plus subtile d’un homme et l’absorber jusqu’à l’intégrer à soi, se nourrir de l’autre pour compléter cet état permanent d’incomplétude.

• La vie me semble si courte que le temps perdu l’est à jamais et je panique à l’idée qu’il soit irrécupérable.

• Je suis lasse de cette frustration qu’on déverse sur moi à longueur de journée. Celle des patients qui n’en ont jamais assez, celle des médecins qui en ont toujours trop, et cette inlassable rengaine qui tourne en boucle et ne parvient même plus à rythmer les heures de travail interminables.

• Et entre nous toujours ce silence qui est tout sauf un vide, un silence plein de tous ces mots que l’on n’a pas besoin de prononcer pour les entendre.

• Il y a autant de sortes d’amour qu’il y a d’individus sur terre, aucun ne se ressemble.

 


 Informations :

Il s’agit du premier livre (il me semble) de Lola Doinelle, une auteur française. Son livre a été publié aux Editions Albin Michel dans leur collection MA Next Romance en Juillet 2017. Il contient 122 pages pour un prix de 11.50€.

 


Partenariat :

MA Next Romance                 Editions Albin Michel

L’homme idéal existe. Il est Québécois, de Diane Ducret

wp-1498844980888.jpg

 

Résumé :

Bonne nouvelle : l’homme idéal existe ! Il ne parle pas : il jase. Il n’embrasse pas : il frenche. Il ne se déshabille pas : il se criss à poèlle. Vous l’aurez deviné : il est Québécois. Diane Ducret rhabille le mythe du Prince Charmant. L’homme idéal ? Satisfaite ou remboursée !

Mon avis :

C’est une lecture que j’ai découvert par hasard en traînant sur Instagram (merci à toi de me l’avoir fait découvrir même si je ne me rappelle plus qui tu es). C’est un court livre humoristique, une histoire légère et décontractée.

L’héroïne est plutôt tordante, j’aime beaucoup ses réparties et son sens de l’humour. On la suit dans ses aventures (ou mésaventures) et ça donne des situations plutôt cocasses.

Je ne connaissais pas l’auteur, mais j’ai beaucoup aimé son écriture, je lirais avec plaisir son prochain livre. Conseillé à ceux qui ont besoin d’un petit moment où on n’est pas tanné d’être lo.


Citations :

• Comme s’il ne faisait pas assez froid, le Québécois mange de la glace en hiver. C’est pour être à température égale avec l’extérieur, ou par défi envers le reste du monde ?

• S’ouvrir à quelqu’un de nouveau, c’est lui donner accès à ce que l’on a mis des années à construire, préserver et faire fleurir en espérant qu’il ne piétine pas tout.

• Il attrape un coup de cœur aussi vite qu’un coup de soleil sur les épaules d’un roux. C’est intense, ça dure deux semaines, et une nouvelle peau remplace vite la précédente.

• La Française, elle, ne chasse pas, mais roucoule comme la perdrix sous les feuillages en attendant d’être débusquée. Une Française séduit rarement, elle est séduite. Si elle doit sortir de son statut d’objet convoité, elle vous le fera payer : elle se demandera toujours si vous la désirez vraiment et, comme c’est une femme, conclura par la négative, et attendra immanquablement des preuves du contraires, qui ne suffiront à la rassurer.

• J’ai l’impression d’être une Cendrillon du froid, qui pue des dessous-de-bras.

• L’auto-largage, ça consiste, quand un homme nous plaît vraiment et que l’on a peur qu’il nous claque dans les doigts, ou que l’on pressent qu’il est déjà en train de le faire, à se saborder nous-même avant qu’il nous lâche. On coule quand même, mais avec dignité.

• Et hier, j’ai douté. J’ai cherche midi à quatorze heures. Or les hommes, ça ne sait pas lire l’heure. Enfin, ça fait semblant.


Informations :

Il s’agit d’un one-shot de Diane Ducret, une auteure française.
D’abord publié chez Albin Michel en grand format en Septembre 2015, il contient 192 pages pour 15.00€. Il a ensuite été publié aux Editions J’ai lu en format poche en Mai 2017, il contient 157 pages pour un prix de 6.90€.

 


L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?


 

Saga Le journal d’Aurélie Laflamme, Tome 1 : Extraterrestre ou presque | de India Desjardins

couv46312026

Résumé:

À quatorze ans, Aurélie Laflamme ne se sent aucune affinité avec personne. Depuis le décès de son père, sa mère est un vrai zombie, mais la voilà soudainement qui revit (et qui va même jusqu’à porter des dessous affriolants!). Pourrait-il y avoir un lien avec Denis Beaulieu, le directeur de l’école? (ou-ach!) Quant à sa meilleure amie, Kat, l’amour lui ramollit complètement le cerveau. Pas question de s’y laisser prendre, elle aussi! Mais personne n’est à l’abri d’un coup de foudre… Et au milieu de ce tourbillon, Aurélie ne désire qu’une choses, trouver sa place dans l’univers.

Lire la suite