Bilan lectures | Mars 2021

Bilan lectures | Mars 2021

IMG_20210403_185708_594Alors, alors ! On se retrouve aujourd’hui pour parler de toutes mes lectures du mois de Mars et quel mois ! J’ai beaucoup plus lu qu’au début de l’année et j’en suis vraiment ravie ! Pour retrouver mes bilans précédents c’est par ici. C’est parti !


Trois lectures personnelles :

• Femme réveille-toi, de O. De Gouges.

RÉSUMÉ : « Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l’univers ; reconnais tes droits. Le puissant empire de la nature n’est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstition et de mensonges. Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l’usurpation. L’homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne. Ô femmes ! femmes, quand cesserez-vous d’être aveugles ? » Un ton résolument frondeur, une langue énergique, un propos engagé, par l’une des grandes voix féminines de la Révolution française.

Heartstopper 2, de Alice Oseman.

RÉSUMÉ : Voici l’histoire de deux lycéens.Deux amis qui ont appris à se connaître, à s’apprécier.Puis un baiser a tout fait basculer. Un baiser et Nick a paniqué.Il aime Charlie.Il veut être avec lui. Mais est-il prêt à affronter le regard des autres ? Cette question, il ne peut la résoudre seul.Heureusement, Charlie est à ses côtés.Et, ensemble, main dans la main, ils vont avancer.

Lady Susan, de Jane Austen.

RÉSUMÉ : Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle sans scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s’amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question… Grande dame du roman anglais, Jane Austen trace le portrait très spirituel d’une aventurière, dans la lignée des personnages d’Orgueil et préjugé et de Raison et sentiments.

Trois lectures Éditions Leduc :

Dis bonjour sale pute, de E. Todorova.

RÉSUMÉ : Remarques gênantes, sifflements, insultes, regards insistants, voire des violences physiques… D’après une étude de l’IFOP (avril 2019), 8 Françaises sur 10 ont déjà été confrontées à au moins une forme d’atteinte ou d’agression sexuelle dans la rue ou les transports en commun. Le 10 juillet 2020, Emanouela Todorov, victime deux jours plus tôt du harcèlement de rue, créait le compte Instagram @disbonjoursalepute. Le but de ce compte : recenser les témoignages des victimes de propos sexistes et de harcèlement de rue. À travers ce compte, l’autrice souhaite donner la parole aux femmes, être l’oreille attentive des victimes, apporter du soutien et des solutions ; ce qu’elle perpétue avec ce livre. Les lectrices découvriront de nombreux témoignages et conseils pour s’en défendre, réagir au moment des faits mais aussi juridiquement. Un guide qui apporte une aide concrète aux victimes, mais aussi aux témoins. Emanouela Todorova milite activement pour l’égalité des genres, la place de la femme dans la société, et plus précisément contre le harcèlement dans l’espace public au travers de ses différents comptes Instagram dont @disbonjoursalepute. Engagée depuis toujours, elle nous livre ici son premier ouvrage, pédagogue, non moralisateur et percutant autour de ce sujet si lourd qui se tient aujourd’hui toujours au cœur des débats.

La Vénus se rebelle, de Aurélie Marchi.

RÉSUMÉ : Que faire lorsque vous êtes obsédée par une idée qui vous semble saugrenue ? Plus elle vous taraude et plus vous la combattez. Mais plus vous luttez et plus vous avez envie d’y céder ! Consciente que sa nouvelle apparence pourrait susciter l’incompréhension, Aurélie Marchi a beaucoup réfléchi avant de sauter le pas : à partir du jour où elle a rasé ses cheveux longs, les regards sur elle ont changé, suscitant de nombreuses interrogations. Elle est passée tour à tour pour dépressive, malade, inconséquente, pire : ingrate ! Un simple coup de ciseaux a changé sa vie et sa relation aux autres : de situations rocambolesques en harcèlement de rue, Aurélie Marchi analyse à travers des faits historiques, de sociétés et le prisme de ses expériences, notre rapport stéréotypé aux cheveux. Dans ce plaidoyer pour la liberté de chacune à disposer de son corps comme elle le souhaite, elle raconte son passage à l’acte, ce grisant éveil à la liberté de ne plus porter le poids des cheveux mais dénonce surtout les revers de la médaille. Le regard des autres dans la sphère publique comme privée, le rapport à la beauté, à la sexualité, à la confiance en soi, la censure des femmes envers elles-mêmes, à tout ce qu’un simple cheveu, par son absence, a engendré. A travers ce témoignage fort et émouvant, l’auteure souhaite que toutes personnes qui perdent leurs cheveux, choisissent de les couper, volontairement ou non, le subissent un peu moins.

(Re)connexion de Sandra Dania.

RÉSUMÉ : A l’issue d’une opération qu’elle a subie il y a plusieurs années, la coach holistique Sandra Dania a reçu des messages qu’elle a canalisé. Elle les partage pour la première fois dans cet ouvrage afin de nous permettre de nous reconnecter à notre lumière intérieure. Véritable élixir de bien-être qui parle directement à notre âme, ce livre offre des messages, des inductions, des enseignements et des notes personnelles à infuser. Ce contenu dimensionnel ouvre ainsi la porte d’entrée sur notre chemin d’éveil et d’évolution. Des illustrations offrent des supports aux inductions qui permettent de décupler la puissance des transmissions proposées et d’ouvrir ce canal d’énergie, nous amenant à emprunter la voie essentielle de la reconnexion. Un guide d’éveil intemporel à (s’)offrir pour élever, autant individuellement que collectivement, notre vibration et rayonner.

Et mon coup de cœur du mois :

Mon histoire, de Rosa Parks.

RÉSUMÉ : Dans ce récit autobiographique rédigé avec l’aide du journaliste Jim Haskins, Rosa Parks revient sur son enfance modeste et studieuse, son rejet du racisme et du sexisme. Elle évoque tour à tour ses diverses professions : couturière, aide-soignante, puis conseillère du représentant démocrate du Michigan, l’Afro-Américain John Conyers. Puis ses débuts dans le militantisme au côté de son mari Raymond Parks au sein de la NAACP, et son combat de toute une vie pour la justice et l’égalité des droits, et ce jusqu’à la « Million Man March », qui rassembla plus d’un million de Noirs à Washington en octobre 1995. Pour Rosa Parks, il ne faut jamais baisser la tête et œuvrer pour la dignité et un monde meilleur, un combat à la portée de toutes et tous. Rosa Parks (née le 4 février 1913 en Alabama et morte le 24 octobre 2005 à Détroit), est une figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis, ce qui lui valut le surnom de « mère du mouvement des droits civiques ». Elle est devenue célèbre le 1er décembre 1955, à Montgomery (Alabama) en refusant de céder sa place à un passager blanc dans l’autobus conduit par James F. Blake.


Les avez-vous lu ?

Qu’en avez-vous pensé ?


Publicité

2 réflexions sur “Bilan lectures | Mars 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s