Mémé dans les orties, de Aurélie Valognes

Mémé dans les orties, de Aurélie Valognes

Résumé :

Ferdinand Brun est atypique. Le genre de vieux monsieur qui boude la vie et s’ennuie à (ne pas) mourir. Tel un parasite, il occupe ses journées en planifiant les pires coups possibles qui pourraient nuire et agacer son voisinage. Il suffit d’un nœud qui se relâche et laisse partir son seul compagnon de vie, Daisy sa chienne, pour que tout s’écroule. Quand Juliette, une fillette de dix ans, et Béatrice, la plus geek des grands-mères, forcent littéralement sa porte pour entrer dans sa vie, Ferdinand va être contraint de se métamorphoser et de sortir de sa chrysalide, découvrant qu’il n’est jamais trop tard pour commencer à vivre…


Mon avis :

L’autrice est arrivée comme un ras de marée dans la blogosphère, en un rien de temps on ne parlais plus que de ses livres, touchants mais pleins d’humour, légers et fort agréables. Alors, lorsque j’ai croisé la route de « Mémé dans les orties » je me suis dit que c’était l’occasion rêvée de faire connaissance avec sa plume !

Et, je dois dire qu’un autre de ses livres est déjà dans ma PAL. J’ai vraiment été surprise par l’histoire, le scénario est différent de ce que l’on peut trouver. L’écriture de l’auteure est très fluide, les chapitres sont courts, la lecture est aérée, le moment est doux et captivant. J’ai beaucoup aimé.

Pour ce qui est des personnages, ils sont tous à l’opposé des uns et des autres ce qui nous permet de les distinguer facilement sans se perdre dans les détails de leur personnalité. Ferdinand a un charisme fou malgré son côté brut et ronchon, l’arrivée de cette gamine effrontée et attendrissante va chambouler la vie de ce pauvre Ferdinand qui n’avait rien demandé au départ.

Je pense que cette courte histoire de 250 pages sans prétention peut faire office de lecture doudou lorsque l’on veux juste passer un moment sans prise de tête, rire un peu de certains événements incongrus et baigner son esprit dans une petite dose de bonheur.

En conclusion, je dirais que c’est une lecture plutôt fraîche et agréable, drôle et émouvante. Il s’agit-là d’une lecture facile à lire, légèrement caricaturale mais aussi plus profonde qu’elle ne le laisse entrevoir au premier abord car cela permet également de mettre en lumière d’autres sujets de la vie quotidienne comme la solitude et l’isolement des personnes âgées.


Citations :

« Chieuse » n’est pas dans le dictionnaire. C’est la meilleure ! Il faudra qu’on m’explique pourquoi on y met que des mots qui servent jamais ! Est-ce qu’on se sert de « chiffe » ou de « chiton » ? C’est peut-être mon dictionnaire qui est trop vieux. 1993. Les chieuses existaient déjà, non ?

• La vie lui semble si douce tout d’un coup, de ces moments où l’on se dit que l’on ferai bien une pause ici, que l’on arrêterait le marque-page de sa vie à cet instant précis.

• Qu’est-ce qui est le plus important, Juliette ? La décision qu’on a prise ou la raison de notre décision.


Informations :

Il s’agissait tout d’abord du premier roman de cette autrice française publié en auto-édition en 2014 puis publié chez Michel Lafon un an plus tard et enfin chez Le livre de Poche en 2016. Le petit format contient 252 pages pour un prix de 7.20 euros. L’autrice a depuis sorti 5 autres romans.


L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Connaissiez-vous l’auteure ?


6 réflexions sur “Mémé dans les orties, de Aurélie Valognes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s