La chambre des merveilles, de Julien Sandrel

La chambre des merveilles, de Julien Sandrel

Résumé :

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie. Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…


Mon avis :

OMG. OMG. OMG ! comme dirait Louis (ou oh my god pour les plus de quarante ans). On est sur un livre de coup de cœur !

J’ai commencé ce livre par hasard, sur un coup de tête, il était pas prévu avant plusieurs mois mais je l’ai vu passer sur Instagram et avec le temps qu’il fait à Paris j’ai accueilli les couleurs de cette couverture avec joie ! Égal à moi-même, je n’ai pas lu le résumé avant de me lancer et… j’ai été bouleversée ! C’était terrible, j’ai pleuré à chaude larmes comme un bébé ! Et je n’ai pas pu lâcher le livre jusqu’à la fin.

J’ai tout de suite accroché avec les personnages, c’est comme si c’était de vieilles connaissances auxquelles je prenais quelques nouvelles.
• Louis est drôle et jovial malgré les quelques grognements qu’il émet de temps en temps mais c’est un symptôme plutôt commun à tous les ados alors on fait abstraction.
• Thelma est touchante, elle aime son fils Louis plus que tout mais son sens des priorités est un peu brouillé. On arrive pas à lui en vouloir, même nous parfois on tombe dans un engrenage où on est lobotomisé, il n’y a que quand tout s’arrête qu’on revient à nous même.
• Il y a aussi Mamie Odette, qui est… atypique ! Ça c’est sûr, des grand-mères comme elle y’en a pas des masses. Elle est drôle, un sacré tempérament et l’histoire n’aurait jamais été la même sans elle !
• Charlotte, c’est la collègue dont on rêve tous… ou au moins dont je rêve moi qui travaille aussi à l’hôpital. C’est la best infirmière, toujours souriante, à l’écoute, attentionnée et passionnée.
• Il y a aussi Edgard et Isa qui eux aussi m’ont fait pleurer à chaude larme mais je préfère vous laisser lire le livre pour les découvrir, sinon ça gâcherait le plaisir.

Le scénario est super bien construit, on ne peut pas décrocher, l’histoire est captivante. L’écriture est fluide, ça coule tout seul. On arrive très bien à s’imaginer les scènes sans avoir à subir des pages de détails assommants, c’est simple mais précis. C’est juste. J’ai lu celui-ci en version numérique mais il me le faut en papier, il me faut ce livre dans ma bibliothèque, il faut qu’on puisse le remarquer et que je puisse le prêter. Un autre de ses livres est déjà dans ma PAL, pas besoin de lire le résumé, j’y vais les yeux fermés, il confirmera que Julien Sandrel est devenu ma valeur sûre.


Citations :

• Isa, ma chérie, il vaut toujours mieux montrer ses sentiments et avoir l’air bête que garder des trucs pas nets à l’intérieur de toi.

• Moi, j’écoute les silences, les hésitations, les mots choisis, ceux qui se sont échappés et qu’on aurait voulu retenir, la mélodie, l’humeur, les respirations. Je ne fais que ça. Je décode, je comprends les voix.

• L’esquive est tellement plus belle que la vérité.


Informations :

Il s’agit du premier roman de Julien Sandrel, auteur français qui a écrit des histoires pour des marques françaises pendant plus de 15 ans. Il a écrit un deuxième roman intitulé « La vie qui m’attendait ». Ce roman comporte un peu plus de 300 pages, il a été édité aux Editions Calmann-Levy en grand format en Mars 2018 (17.90€) puis il a été publié aux Editions Le livre de poche en petit format en Mars 2019 (7.90€).


L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Connaissiez-vous cet auteur ?


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s