Saga Divergente, Tome 3 : Allégeance | de Veronica Roth

divergente

 

Résumé :

Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s’échapper. Le monde qu’ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu’on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d’une expérience censée sauver l’humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l’humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

Mon avis : ♥♥♥♥

 

On m’avais spoilé le final du tome 3 avant même que je ne finisse le tome 2 du coup quand j’ai su ça j’étais vraiment réticente à finir la saga, j’ai décidé de laisser un peu de temps et puis tellement de temps est passé que c’est à peine si je me suis souvenue du tome 2. J’ai tout de même relu les 5 derniers chapitres du tome 2 pour me remettre dans le bain et me lancer à corps perdu dans ce dernier tome de la saga… 

On va pas se mentir c’est un bon tome. L’écriture de Veronica Roth est toujours aussi plaisante, on retrouve nos personnages, ceux qu’on aime et ceux qu’on aime ne pas aimer. C’est vraiment un univers qui me plaît et que je n’ai pas envie de voir s’achever. Plusieurs fois, on voyant que les pages défilaient sans que je m’en rende compte, j’ai fait des pauses pour lire autre chose. Un seul élément, mais crucial de ce dernier tome (qu’une blogueuse à gentiment partager durant sa chronique sans avertir qu’elle allait révéler certains passages du livre) me bouleversait à l’avance, j’avais tellement hâte de savoir comment Tris et Quatre allait s’organiser dans tout ça mais à la fois tellement peur.
On pourra dire que ce dernier tome a été riche en émotions : de la joie, de la peur, de l’amour, de la haine, de la colère, de l’espoir, de l’envie, de la tristesse… Le suspens est présent une grande partie du récit, et les actions sont nombreuses on n’a pas le temps de se reposer et d’admirer le cadre, Tris, Quatre et son équipe savent se fourrer dans tous les problèmes possibles et imaginables.

On est tout essoufflé et puis là, c’est le coup de grâce… c’est peut-être (sûrement) pathétique mais j’ai pleuré comme une madeleine à la fin du livre ! J’étais tellement triste que ça se finisse si vite et comme ça (heureusement, il y a le hors-série si on veux se replonger dans leurs aventures… ouf !). Mais quand je vous dis que j’ai pleuré ce n’est pas la larmichette au coin de l’œil. Non. C’est les yeux rouges gonflé et une suractivité des mes glandes lacrymales durant au moins une demi heure, j’ai failli mourir dans mon lit de suffocation, c’est vous dire !

En clair, c’est une saga qui s’achève en beauté, elle est forte en émotions, pleine d’espoir, c’est plutôt bien. Elle ne finit pas comme j’aurais voulu, mais d’un côté, c’est comme ça que ça devait se finir, c’est tout à fait dans la lignée de ce que nous a partagé l’auteur. J’ai quand même hâte de lire le hors-série, les personnages me manques trop.


Citations :

• Jusqu’à ce qu’une personne compte assez dans ma vie pour que ma plus grande peur de la perdre.

• En prenant les souvenirs d’une personne, on change son identité.

• Chacun perd quelque chose en gagnant une qualité.

• Le genre humain n’a jamais été parfait.

• Ce sont des gens qui nous ont créés, qui ont façonné notre monde, qui nous ont dicté ce que nous devions croire.

• Si nos croyances nous ont été imposées, que valent-elles ?

• Plonger une personne dans la peine sur la base d’un mensonge est le pire tour qu’on puisse lui jouer.

• Tu serais étonnée de ce qu’on est capable de faire quand on n’a pas le choix.

• Le désespoir peut nous faire faire des choses dont on ne se serait pas cru capable.

• Il n’y a aucune justice dans une société qui s’appuie sur un groupe de gens non éduqués pour faire les basses besognes sans leur donner les moyens d’améliorer leur situation.

• Le pouvoir devrait être donné qu’à ceux qui n’en veulent pas.

• On est censé avoir peur des autres, pas de soi-même.

• Elle m’a dit qu’on avait tous en nous quelque chose de mauvais, et que la première étape pour aimer les gens, c’était de reconnaître ce mal en soi pour pouvoir le pardonner aux autres.

• On dirait qu’il n’y a jamais de fin aux conflits, dans la ville, das le complexe, nulle part.

• Il n’y a que des pauses de respiration entre l’un et le suivant, et naïvement, on appelle ces respirations « la paix ».

• Et je sais d’instinct que c’est ce que fait l’amour vrai : il nous élève au-delà de ce qu’on est, au-delà de ce qu’on pensait pouvoir devenir.

• Il y a beaucoup de façons d’avoir du courage. Ça exige parfois d’offrir sa vie pour quelque chose de plus grand que soi.


Informations :

Il s’agit du troisième et dernier tome de la saga Divergente écrite par Veronica Roth. Ce dernier tome a été édité en mai 2014 aux Editions Nathan. Il contient 464 pages pour un prix de 16,90€.


Avez-vous lu ce livre ?
Vous avez aimé ?


Capture7863254

Publicités

6 réflexions sur “Saga Divergente, Tome 3 : Allégeance | de Veronica Roth

  1. Pingback: Saga Divergente, Hors-série 1 : Quatre | de Veronica Roth  | Les lectures d'Alexiane

  2. Pingback: Challenge | Cold Winter ! | Les lectures d'Alexiane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s